Elle s’ouvre sur ces mots : « Heureux ceux qui pleurent, parce qu’ils seront consolés ».

Dépassant la perspective classique de l’au-delà, Brahms laisse dans Ein deutsches Requiem une place à de nombreux aspects humains, comme la souffrance, la fugacité de la vie terrestre, l’espoir et la consolation.


Ein deutsches Requiem n’est ainsi pas une messe des morts latine fidèle à la tradition catholique. Luther traduisit en allemand l’Ancien et le Nouveau Testament pour permettre au commun des mortels de les comprendre. Brahms y puisa les textes, soigneusement sélectionnés, toujours avec le même objectif en tête, celui de composer un requiem pour l’humanité.

programme

Johannes Brahms
Ein deutsches Requiem, op. 45