Johannes Brahms est une icône. Dites « Johannes », et tout le monde pense « Brahms ». Héritier de Beethoven, homme austère, fier de son sérieux, défenseur des traditions classiques, ami intime des Schumann… Mais le connaissons-nous vraiment ?

Sa musique nous permet-elle vraiment de l’approcher ?


La mort de ses proches a profondément marqué Brahms – mais a aussi inspiré l’une de ses plus belles œuvres. Penché sur son bureau, empli de chagrin, il voulait écrire une musique le raccrochant à la vie : de l’espoir pour les proches, du réconfort pour les vivants – et non une sombre marche funèbre pour les morts.

Il a d’abord intitulé son œuvre Ein menschliches Requiem. La composition monumentale pour orchestre et chœur qu’est finalement devenu Ein deutsches Requiem est bien loin de ce point de départ intime. Mais Brahms n’a pas oublié son intention : il a lui-même réalisé une version pour piano à quatre mains, solistes et chœur. Transparente, intime, colorée et surtout très personnelle.

À la recherche de l’homme, nous glissons entre les mouvements du Requiem des souvenirs de son enfance et de son ami Schumann. Ce dernier a réuni dans Kinderszenen différentes petites œuvres qui lui tenaient à cœur, au travers desquelles il se remémore avec nostalgie sa propre enfance.

programme

Johannes Brahms, Ein deutsches Requiem, op. 45
Robert Schumann, Kinderszenen, op. 15 (sélection)

Kinderszenen, IV. Bittendes Kind
Ein deutsches Requiem, I. Selig sind, die da Leid tragen
Kinderszenen, VIII. Am Kamin
Ein deutsches Requiem, II. Denn alles Fleisch, es ist wie Gras
Kinderszenen, XII. Kind Im Einschlummern
Ein deutsches Requiem, III. Herr, Iehre doch mich
Kinderszenen, XIII. Der Dichter spricht
Ein deutsches Requiem, IV. Wie lieblich sind deine Wohnungen
Kinderszenen, X. Fast zu ernst
Ein deutsches Requiem, V. Ihr habt nun Traurigkeit
Kinderszenen, I. Von fremden Ländern und Menschen
Ein deutsches Requiem, VI. Denn wir haben hie keine bleibende Statt
Kinderszenen, VII. Träumerei
Ein deutsches Requiem, VII. Selig sind die Toten

Mais oui, approchez-vous donc ! Le voilà, dans son bureau. Regardez par-dessus son épaule – sur quoi travaille-t-il si intensément ? Pourquoi cette lueur triste dans son jeune regard ? Il a perdu deux êtres chers : d’abord sa mère, puis son grand ami et mentor Robert Schumann…

découvrir plus

textes

Les paroles d'un Requiem allemand : en français.

télécharger les textes

en pratique

plus d'infos à suivre